Construire une Mise en Plis Technique

Apprenez le règlement par coeur.

 

1. Voici ma façon de penser, de concevoir le montage d’une mise en plis technique, je ne dis pas que j’ai raison ou que c’est la bonne méthode c’est seulement MA façon de la concevoir, tel que me l'ont appris les aînés, mais toutes les autres méthodes sont aussi bonnes. Il n’y a qu’une chose qui compte c’est votre réussite.

Si un seul détail peut vous aider j’en serais très satisfait.

2. La mise en plis technique est l’association de deux épreuves, la technique et l’artistique, il vous faut la maîtrise des deux.

Mentalement
Les grands principes
La géométrie
L’étude minutieuse est-elle utile ou pas
L’évolution se fait par étapes, le dessin
Du dessin au buste
Améliorations
Du buste au modèle
Erreur de montage
La minuterie

 

Mentalement

3. Vous montage doit au premier regard avoir un beau visuel, agréable à l’oeil, qui accroche le regard, la vue d’ensemble doit être esthétique, la plus élégante, la plus artistique possible, une belle harmonie de courbes, de C, de S, qui sont les fondamentaux dans le métier de la coiffure.

4. En premier votre création doit commencer par la pensée, le mental, par l’inspiration vous devez penser à une forme, à un volume, qui vous soit agréable, qui vous attire, ce sentiment premier devient votre point de départ.

5. A l’intérieur de cette forme vous allez la garnir de boucles plus ou moins plates ou décollées, sur champ, de boucles copeaux, d’arêtes, de mouvements, de vagues, de crans, etc.
Vous avez une grande liberté de création. Plus le niveau de choix est élevé plus grande est la liberté ce qui va vous demandé une grande rigueur.

6. Ces éléments sont engendrés par l’application des principes suivants, la répétition, l’alternance, la symétrie, la progression, le rayonnement, le volume, la surface, les lignes, il suffira de les combiner plus ou moins entre eux pour créer votre montage.

 

Les grands principes

7. Les principes combinés, associés à votre pensée seront le point de départ, le fondement de votre montage, voici la définition des principes qui servent de fondement à votre création, à savoir =

8. La répétition = chaque élément peut être en nombre, tous uniformes, identiques c’est de la répétition, répétition égale ordre, rythme.

mise en plis technique

9. L’alternance = c’est le contraste, entre ce qui se répète et ce qui varie, elle apporte de la variété, du charme pour mettre en saillie les différentes formes, elle est un des moyen de rendre l’unité plus forte, la variété des parties crée l’unité de l’ensemble.

mise en plis technique

10. La symétrie = votre montage peut avoir une forme symétrique ou asymétrique

mise en plis technique

11. La progression = elle peut être croissante ou décroissante, c’est la forme la plus esthétique, la progression douce met en mouvement tout en gardant une unité, une vue d’ensemble.

mise en plis technique

12. Le rayonnement = part d’un point central et forme des rayons, dès que l’on s’approche du centre, de l’oeil, le travail demande une grande précision pour donner de la grâce au rayonnement curvilignes.

mise en plis technique

13. Le volume = quel volume dans l’espace, est-il central, déporté, en avant, en arrière, sommet, nuque. Chevelure plate avec un angle de décollement réduit pour les boucles ou actif avec un angle plus ou moins important pour les copeaux. Votre montage doit se présenter en trois dimensions avec du volume et des creux de vagues.

mise en plis technique

14. La surface = permet de délimiter des figures planes sur le cuir chevelu, (plane veut dire plate) quelle importance allez vous donner à chaque figures.

mise en plis technique

15. Les lignes = pas de droite mais des lignes, des séparations courbes, des arcs de courbe.ou des lignes brisées, avec des lignes perpendiculaires, parallèles, ou elliptiques.

mise en plis technique

 

La géométrie

16. Dans les grands principes s’incorpore des figures géométriques planes sur le cuir chevelu, le carré, le rectangle, le triangle, le rond, chercher le plus possible à les faire en séparation courbe.

17. Ces figures planes sur le cuir chevelu délimite soit une boucle, soit un copeau ou autre, elles servent de base à votre montage, plus celles-ci seront précises, ordonnées, plus votre montage sera bien construit vous permettant d’arriver à un beau visuel final.

18. Vous n’êtes pas dans un travail salon, vous devez montrer un travail artistique, il peut présenter une grande amplitude en volume, il peut se diriger vers le spectaculaire, être un montage innovant, peut être futuriste, ou même donner l’impression d’une coiffure finie plutôt que d’un montage.

19. Consacrer du temps à la réflexion, la technique vous oblige à composer, à combiner, à associer les principes et la géométrie auquel il faudra ajouter l’artistique pour le travail des longueurs, votre création doit être une belle forme agréable à voir.

 

L’étude minutieuse est-elle utile ou pas

20. Peut-on réaliser un montage sans vraiment de méthode, à l’inspiration, oui, mais il faut que celle-ci soit bien présente le jour de l’examen, à l’inverse un montage étudié réalisé avec ordre méthode et discipline permet de faire un montage précis dans le temps imparti car celui-ci étant réduit il ne faut pas se tromper de chemin, la sonnerie finale sera intraitable.

21. Le concours demande un travail de grande qualité, l’aspect général est primordial mais les détails ont autant de valeur et ce sont eux qui vont prendre le plus de temps à réaliser.

 

L’évolution se fait par étapes,
Au départ le dessin

22. Votre point de départ se fait une fois que le volume et la forme sont déterminés mentalement.

23. Le dessin est le point de départ, papier, crayon, vous devez réaliser un plan comme le ferait un architecte pour la construction d’une maison, il faut dessiner une tête, de dos, des côtés, le dessus de tête, de face.

mise en plis technique

24. Sur ces dessins vous devez réaliser par un trait continu la forme extérieure et le volume générale de votre désir..Cette forme et le volume générale doit se retrouver sur toutes les dessins de façon précise en une seule ligne continue qui doit toujours être juste, au bon emplacement contrôlée sous n’importe quelle partie de la tête.

25. Ensuite pour chaque croquis, indiquez simplement dans le volume par quelques flèches le sens que vous désirez donner à la chevelure.

mise en plis technique

26. Une fois le sens des cheveux indiqués, vous allez tracer les grandes séparations de votre montage, ( tracer se comprend comme la trace des pas dans la neige, on voit une ligne que l’on peut suivre séparant un ensemble et donnant deux parties.). Sur votre croquis vous allez tracer des lignes courbes, elles vont délimitées, séparer deux zones de montages différents ayant chacune un sens, une direction précise.

mise en plis technique

27. Grâce au tracé vous allez avoir plusieurs zones, zone d’un côté, de l’autre, de la nuque, du sommet de tête, du vertex, de la partie frontale, le nombre de zones n’est pas défini libre à vous de choisir.

28. Porter maintenant un dernier regard sur vos dessins pour bien les enregistrer, ils vous donnent les zones en nombre et en surface précises ainsi que le sens du montage en accord avec votre désir initial.

 

Du dessin au buste

29. L’étape suivante est de faire un prototype de votre montage, celui-ci peut se faire sur un buste d’entrainement avec les cheveux mouillés ou à sec, vous allez commencer à reproduire par le tracé les zones de montage, le tracé sert de charpente à votre montage.

30. Dès maintenant commencer à enlever faiblement les cheveux ayant trop de longueur il vaut mieux recommencer plusieurs fois à chaque entraînement que de faire trop court la première fois.

31. Entre les gros murs placés, l’architecte place des galandages en nombre et en positions libre suivant le désir, c’est la même chose pour le buste, le tracé donne la position des gros murs et les galandages sont les surfaces géométriques planes de disposition libres.

mise en plis technique

32. A l’intérieur des zones, chaque surfaces géométriques planes va délimiter une mèche de cheveux que vous allez coiffée et posée dans la forme que vous avez déterminée. cela s’appelle le placé. Ne pas chercher le quantitatif, le grand nombre de boucles, de copeaux, mais le qualitatif l’élégance, l’harmonie.

33. Chaque mèche sera placée, courbée, arrondie, pour en faire une boucle ou pour obtenir un copeau avec une belle mèche ruban, large, cohérente, avec les racines plus ou moins décollées ou aplaties, posée dans une direction précise donnée par votre imagination, ou en mouvements, crans, arêtes etc .Vous êtes en train d’ajouter de l’artistique à votre technique.

34. Votre création doit montrer une harmonie générale, refléter l’excellence, les formes travaillées à l’eau ne peuvent pas tenir dans les formes espérées, il faut vous aider par l’ajout d’un additif. Ce produit doit encoller, maintenir, fixer les mèches dans la forme que vous avez décidé, vous trouverez facilement chez les fournisseurs de produits celui qui vous conviendra, tester plusieurs produits.

35. Chaque mèche placée à l’endroit voulu peut être fixée par une ou plusieurs pinces ou des épingles neige, ou un support ?, placer des pinces le long d’une mèche pour la tenir décollée ou légèrement courbe. Le placement de chaque mèche devient du domaine de l’artistique, de votre création, de votre domaine personnel.

36. Faire de même pour chaque section ce qui vous donnera à la fin un montage final, toutes les zones étant travaillées, attachées, celles-ci doivent montrer un mariage, une connection entre elles, une continuité de lignes courbes. Chaque zone ne doit pas être un montage parcellaire, il fait parti d’un ensemble, d’un montage global.

37. Au départ le montage sera un échafaudage de pinces que vous éliminerez progressivement pour avoir une meilleure vision de celui-ci, pensez que ce n’est qu’un prototype de montage, qui n’est pas une image parfaite, c’est normal, la perfection ne peut venir que plus tard.

38. Un montage doit se lire, une phrase, un livre on un début et une fin, pour un montage cela est identique, un début et une fin de lecture, il doit y avoir une suite dans les mouvements courbes dans l’orientation des cheveux, dans la direction des racines, dans la progression des volumes, petit, moyen et gros.

38. Un montage doit comporter une zone phare, zone qui doit attirer le regard, l’arrêter, zone d’originalité, de créativité, le reste du montage doit servir à la mettre encore plus en valeur.supprimer les détails superflus, la simplicité conduit au sublime par des lignes épurées, purs.

39. Grâce au tracé et au placé toutes les fois que vous recommencez un montage les zones prédéterminées seront précises, identiques, ce qui vous permettra de gagner du temps et de la précision dans le montage.

40. Un nombre de pinces réduit est toujours plus élégant, votre montage terminé réduisez si possible le nombre et enlever les supports visibles.

 

Améliorations

41. Votre montage peut ou non vous plaire, le tracé ne vous convient pas, la zone déterminée est trop petite ou trop importante, mal orientée, pour le placé les surfaces planes sont trop nombreuses, mal positionnées, modifiez, changez, vous avez toutes les possibilités de changement mais toujours en gardant votre idée première.

42. Réalisez autant de changement que vous le désirez, votre montage doit vous plaire et doit correspondre aux critères de l’harmonie, de l’esthétique, du beau, de l’élégance.

 

Du buste au modèle

43. Le montage du buste terminé ne pas le démonter car c’est le modèle à reproduire, mentalement ou même avec des photos vous ne pourrez pas vous rappeler de tous les détails, les séparations, c’est pour cette raison que sa présence vous sera d’un grand secours pour faire le transfert du montage sur votre modèle.

44. Vous devez le copier sur votre modèle, tout en sachant qu’il y a des différences importante entre le buste et le modèle, elles sont en grand nombre, différence du volume de la tête, de la boîte crânienne, de la forme du visage, de face, de profil, de nuque, de la longueur du cou, de la texture de la chevelure, sa densité, des pointes d’implantation, de la présence d'épis, des longueurs.

45. Le tracé sur votre modèle risque d’être plus ou moins différent, du prototype au modèle tout est plus ou moins à repositionner dans le tracé, qui doit être recalculé. A l’intérieur d’une zone les surfaces géométriques planes vont elles aussi se transformer, se modifier, elles ne seront précises qu'après plusieurs entrainements.

46. Le point de départ et le point final d’un tracé doivent être précis, prenez des repères vis à vis de l’oeil, des sourcils, de l’oreille, de la mâchoire, de la pommette, des pointes d’implantation, d’un épis, de la nuque, etc., et à chaque montage recommencer toujours les mêmes repères, travaillez avec ordre méthode et discipline.

47. Par votre initiation sur le buste vous avez déjà acquit une bonne vision de votre montage. Ce premier montage est important car il va vous permettre de voir si il est en harmonie avec la forme du visage de votre modèle, qu’il l’embellit. Recherchez l’esthétisme de l’ensemble visage montage, vous allez de suite vous rendre compte des changements à réaliser.

48. On ne travail pas sur le modèle comme sur un buste, on a une attention particulière à la personne. Au début on ne reproduit jamais exactement la même forme, c’est à la longue après un grand nombre d'entraînement que les automatismes arrivent, il vous faut de la discipline.

 

Erreur de montage

49. En dépit d’une méthode, d’une discipline, un inattendu peut se produire en cours de montage, une erreur de séparations (ou autre), peut vous déstabiliser, le désespoir, la perte de moral ne doit pas vous dérouter ni vous faire abandonner, au contraire cela doit vous servir pour vous faire progresser.

50. Profitez en pour innover, il faut continuer votre montage, bien ou mal l’erreur est faite, elle va vous obliger à vous affirmer, vous confirmer dans vos compétences, elle doit vous être bénéfique, elle vous prépare si le jour de l’examen un problème survient vous saurez réagir et le surmonter.

 

La minuterie

51. Dans un premier temps la minuterie ne doit pas vous obséder, dés que votre montage va prendre régulièrement forme elle doit être présente et consultée. Le facteur temps peut vous obliger à transformer votre montage en le modifiant, en le simplifiant, en l’èpurant.

52. Votre montage devant refléter l’excellence, vous êtes soucieux de très bien coiffer chaque mèche, cela prends du temps et vous avez temps un temps limité, vous n’arrivez pas à faire dans le temps donné.

53. Le gain de minutes se fait dans l’étude des détails. Il faut étudier chaque gestes, chaque séparations, chaque application de gel, de lissage, de pose de pinces etc..
pour voir ou vous pouvez gagner du temps. Ce n’est pas le tout qu’il faut modifier mais les détails inutiles.

54. Vous devez être efficace, précis, ne pas répéter plusieurs fois le même geste la même séparation. Recommencer plusieurs fois c’est du temps de perdu, à la longue après un grand nombre d'entraînements et de tâtonnements vous allez acquérir des automatismes et une maîtrise de vos gestes pour une plus grande rapidité.

55. Quelques minutes avant de commencer votre montage isolez vous mentalement concentrez vous, faite le vide de tout ce qui vous entoure et commencer une visualisation positive, représentez vous le bon déroulement de votre montage, voyez vous réaliser les séparations, les boucles, les copeaux etc ..cela vous apportera des chances supplémentaires de réussite.

56. Prenez grand soin de votre modèle, à toutes les sessions des candidats (es) partent en pleurant sans avoir travaillé (es) leur modèle n’est pas venu.

57 Recommencer, recommencer, recommencer, le facteur et de loin pour la réussite c’est le nombre d'entraînement car votre progression se fait pas à pas. Le succès ne s’obtient qu’au prix d’un maximum d’efforts.

 

 


Pour leur aide je tiens à remercier Monsieur Pierre Colin de Caen et Monsieur François Brandin de Roanne.

Date = 13/09/2017 - Alain Ducher - 06/16/31/86/39